Retour à l'accueil

Transformez votre cour extérieure en jungle tropicale!

Par Albert Mondor

Il y a présentement en Amérique du Nord un engouement sans précédent pour les arrangements composés de végétaux tropicaux. En installant sur votre terrasse un arrangement de végétaux tropicaux en contenant ou en créant une plate-bande tropicale dans votre jardin, vous vous donnerez l’impression de voyager sans avoir à vous déplacer. Dépaysement garanti !

Végétaux aux feuilles géantes = effet de jungle tropicale

Afin de créer un effet de jungle tropicale luxuriante, vous pouvez planter dans votre jardin des végétaux aux feuilles géantes, dont les proportions sont particulièrement imposantes. De quoi assouvir vos fantasmes de grandeur ! En plus de conférer aux aménagements une ambiance particulièrement exotique, grâce à leur allure architecturale, les végétaux au gros feuillage forment des points d’intérêt et captent rapidement l’attention des observateurs. Ils servent de pivots autour desquels on peut ensuite disposer d’autres végétaux, surtout des plantes basses afin de bien les mettre en valeur.

Afin de mieux vous orienter dans le choix de vos plantes tropicales, voici un top 5 incontournable à favoriser pour votre cour extérieure :

 

#1 – Le Colocasia

Avec ses énormes feuilles rappelant les oreilles d’un éléphant – vertes ou pourpres selon les cultivars –, le colocasia donne une touche de luxuriance toute tropicale à n’importe quel jardin.

Conseil pour l’entretien : Qu’on le cultive en pot ou en pleine terre, il préfère un terreau riche et constamment humide; il peut même pousser près d’un étang dans un sol détrempé.

Le colocasia ‘Black Magic’ orne le centre de ces arrangements

 

#2 – Les Palmiers

D’autre part, les palmiers sont assurément les éléments les plus symboliques des milieux tropicaux. La simple vue d’une image de cocotier nous transporte aussitôt 3000 kilomètres plus au sud, sur une plage dans les Caraïbes. Un palmier éventail chinois ou un palmier Majesty  feront merveille dans une plate-bande, en compagnie de plantes tropicales telles que des hibiscus, ou en contenant sur votre terrasse; l’effet sera assurément spectaculaire et dépaysant !

Conseil pour l’entretien : Il est préférable de les disposer au plein soleil, dans un endroit bien protégé des vents. La plupart des palmiers résistent bien à la sécheresse, ainsi on doit attendre que la surface du terreau s’assèche avant d’arroser à nouveau.

Palmier Majesty – Réalisation Services Paysagers Dominique Filion

 

#3 – Le Bananier

Cultiver un bananier au Québec, c’est possible ! Toutefois, il ne faut pas vous attendre à obtenir un régime de bananes ! Le bananier d’Abyssinie ‘Maurelli’, qui donne d’excellents résultats sous notre climat estival, est cultivé pour son feuillage très ornemental. Ses immenses feuilles vertes teintées de pourpre peuvent faire près de deux mètres de longueur. Voilà une plante tout à fait singulière qui confère beaucoup d’exotisme aux jardins.

Conseil pour l’entretien : L’entretien du bananier est tout aussi facile que les palmiers. Nous favorisons de les disposer également au soleil à l’abri des vents. Pour les arrosages? Le bananier a besoin d’arrosages constants.

Bananier Maurelli – Photo 2 : Réalisation Services Paysagers Dominique Filion

 

#4 – Les Guzmanais (Broméliacées)

Dans leur milieu naturel, ces plantes tropicales possèdent pour la plupart une étonnante particularité : elles poussent dans les arbres, à plusieurs mètres au-dessus du sol ! Cependant, vous n’avez pas besoin de vous rendre sous les tropiques pour apprécier la beauté de ces végétaux, puisque plusieurs broméliacées peuvent être facilement cultivées sous notre climat durant l’été.

L’une des broméliacées les plus populaires et les plus vendues sur le marché horticole canadien est assurément le guzmania. Cette plante présente des feuilles vertes luisantes disposées en rosette au centre desquelles se forme une série de bractées de couleur jaune, orange, rose ou rouge, selon les cultivars. Les fleurs minuscules sont disposées au sommet de ce groupe de bractées qui demeure attrayant pendant une période très prolongée, allant parfois jusqu’à près d’un an.

Conseil pour l’entretien : Les guzmanais préfèrent une atmosphère humide, mais exigent d’être arrosées uniquement lorsque la surface de leur terreau est sèche, soit tous les sept à dix jours. Assurez-vous également que le centre de leur rosette de feuilles soit toujours rempli d’eau. Placez-les dans un endroit mi-ombragé en vous assurant qu’elles soient bien protégées des rayons du soleil ardent d’après-midi.

Guzmanais ‘Orangeade’

 

#5 – Les Tillandsias (Broméliacées)

Vous les connaissez peut-être sous le nom de ‘’air plant’’, plante très populaire cette année. Leurs feuilles, souvent de couleur grise ou argentée, comportent des cellules spécialisées capables d’absorber rapidement l’humidité ambiante provenant de la rosée ou du brouillard. Leurs racines – certaines espèces n’en possèdent tout simplement pas – sont transformées en crampons qui servent essentiellement à l’ancrage.

Conseil pour l’entretien : Adaptables et très peu exigeantes, les tillandsias peuvent être facilement cultivées à l’intérieur comme à l’extérieur. Comme la plupart des tillandsias ne possèdent pas de racines, elles ne doivent pas par conséquent être cultivées dans un pot. Il suffit simplement de les déposer dans un récipient, sans terreau, de les suspendre avec du fil ou de les accrocher à une plaque de bois. Certaines espèces de tillandsias sont si petites qu’elles peuvent même être cultivées dans des éprouvettes ou des bouchons de liège troués !

Tillandsia en terrarium et dans un aménagement extérieur

 

Ok, puis on les sort quand les plantes tropicales?

Le meilleur moment pour sortir les plantes tropicales à grandes feuilles à l’extérieur correspond au moment où tout risque de gel est pratiquement nul dans votre région. À Montréal, ce moment survient habituellement vers le 20 mai. Dans la grande région de Québec, il est parfois nécessaire d’attendre jusqu’à la toute fin de mai ou au début de juin pour exécuter cette opération. Dans les contrées plus nordiques, il est préférable de le faire vers le début ou la mi-juin.