Retour à l'accueil

Un aménagement paysager durable à votre portée

Par Jasmine Racine Kabuya

Photo par Jasmine Kabuya Racine

Un aménagement paysager est-il toujours bénéfique pour l’environnement ?  En nous attardant à sa conception, sa réalisation et son entretien, nous remarquons que certains choix n’intègrent pas nécessairement une vision écologique.

Par exemple, une plate-bande de vivaces où un arrosage fréquent est exigé ou un muret en pierres naturelles importées exploitent des ressources de manière peu durable.  En prenant des choix éclairés, votre jardin urbain ou de banlieue peut devenir un lieu qui gère efficacement l’eau et l’énergie, protège son sol et encourage la biodiversité.  De plus, certaines options pourraient vous faire économiser de l’argent.

Afin d’obtenir cet aménagement paysager durable, voici 8 pistes à discuter avec votre Maître Paysagiste.

De l’argent dans les arbres.

Plantés judicieusement, les arbres peuvent être des alliés extraordinaires pour votre bien-être et votre portefeuille. En effet, un arbre peut absorber les rayons du soleil de l’été rafraîchissant du coup votre environnement comme un climatiseur.  L’hiver, il agit comme une barrière qui réduit la force du vent froid.  Sans parler de la faune qu’il abrite, du bruit qu’il amortit, du carbone qu’il capte et de la valeur immobilière qu’il ajoute à votre propriété !

Un stationnement perméable.
En optant pour un système de pavés perméables pour votre stationnement, l’eau de pluie pénètre les joints et s’infiltre dans le sol au lieu de ruisseler vers l’égout.  Aussi, les pavés nécessitent moins de produits de déglaçage que les pavés traditionnels.  Plus encore, des pavés de couleur pâle (indice de réflectance solaire élevée) diminuent l’effet d’îlot de chaleur autour de votre résidence pour davantage de confort.
Une pelouse revisitée.
Photo par Jasmine Racine Kabuya

Demandez à votre Maître Paysagiste de convertir votre pelouse conventionnelle pour une à faible entretien (réduction de la tonte et d’engrais). Il pourrait y inclure du trèfle et vous recommander un plan d’entretien simplifié.  Évaluez avec lui la possibilité de remplacer des zones engazonnées sous-utilisées ou exigeantes. Choisissez alors un couvre-sol résistant nécessitant un minimum d’entretien comme l’aspérule, le bugle ou le pachysandre.  Ou pourquoi ne pas intégrer un petit boisé ou un pré à la manière des carrés de graminées texturées du Jardin Plume?

« Saviez-vous qu’en pratiquant l’herbicyclage, c’est-à-dire en laissant les résidus de la tonte sur la pelouse, vous réduisez les besoins d’engrais entre 25 et 35% ?»

Gérer l’or bleu.

D’une part, nous sommes de grands consommateurs d’eau potable, d’autre part plus d’événements de pluie intense sont à prévoir.  Diminuez d’abord votre dépendance au robinet en employant des végétaux peu avides en eau et en réutilisant l’eau de pluie.  D’ailleurs, il existe des systèmes simples pour récupérer l’eau du ciel tel que le baril branché à la gouttière ou des systèmes de stockage souterrain (comme Éconeau) qui permettent de réutiliser une eau filtrée pour la piscine.  Quant au jardin de pluie, il s’agit d’une méthode pour accueillir les eaux pluviales.  Cette petite dépression aménagée de plantes imite un écosystème naturel où l’eau de pluie y a été dirigée.

Des végétaux adaptés.

Remplacez les végétaux qui réclament trop de traitements.  Un Maître Paysagiste vous proposera des plantes indigènes et des cultivars à la fois esthétiques et résistantes aux maladies et aux ravageurs.  Partisan de l’adage « la bonne plante au bon endroit », il sélectionnera des végétaux qui s’accordent aux conditions offertes par votre terrain et ses zones (nature du sol, luminosité, présence de vent ou de pente, etc.).  Pour découvrir d’autres astuces, consulter 10 conseils pour un entretien minimal au chalet.

Chouchouter le sol.

Plus qu’un support pour les plantes, le sol est votre compte épargne en banque.  Y investir assure des plantes (finances) saines.  La faune diverse du sol (vers de terre, bactéries, collemboles, nématodes, etc.) décompose la matière organique (feuilles, compost, fumier).  Ils rendent alors les nutriments disponibles aux plantes.  En ajoutant du compost à vos plates-bandes, en protégeant de paillis le sol du potager et en pratiquant l’herbicyclage vous chouchoutez le sol et sa faune.  Par ricochet, vos plantes seront plus robustes et en santé.

Éclairer intelligemment.

Que ce soit pour sécuriser un sentier piétonnier ou créer une mise en scène la nuit, on opte pour des ampoules performantes et peu énergivores comme les ampoules DEL.  Plus écolo encore, on ajoute au système d’éclairage une minuterie ou un détecteur de mouvements.  Un paysagiste professionnel saura vous recommander ou installer un éclairage pertinent et tamisé pour un aménagement chaleureux.

L’art de la réutilisation.

Vous prévoyez rénover votre jardin ? Tout n’est à jeter ! Un Maître Paysagiste reconnaîtra le potentiel de certains végétaux et matériaux.  Il peut, par exemple moderniser une surface de pavé uni en combinant des blocs existants avec des blocs d’un nouveau modèle.  Des roches extraites du terrain pourraient trouver une place de choix dans l’aménagement.  Le patio qui a connu de meilleurs jours pourrait rajeunir en changeant de plancher si la structure sous-jacente est en bon état. Tirer parti de ce qui est déjà sur le site s’inscrit dans une démarche des plus durables.  Lire aussi Rénover sans tout changer ? Oui c’est possible !

À vous le jardin en harmonie avec la nature et plus résilient face aux changements climatiques !