Récupération d’eau de pluie : nos conseils et astuces

cour_pluie

Même si parfois – à cause de notre situation géographique surtout – il est difficile de penser que l’eau puisse venir à manquer, il n’en demeure pas moins que cette ressource essentielle à la vie n’est pas inépuisable. Saviez-vous que le Québécois moyen consomme plus de 400 litres d’eau potable chaque jour en moyenne ? De cette quantité, environ 30 % sont directement liés à l’entretien extérieur de la maison. Pour améliorer votre consommation d’eau, il existe des moyens très simples et efficaces, dont notamment la récupération de l’eau de pluie. Voici nos trucs et astuces pour récupérer et réutiliser l’eau de pluie au jardin.

 

Les barils et autres contenant de récupération

La technologie ne date pas d’hier et est fort simple : installer un contenant muni d’un robinet pour récupérer l’eau lors des pluies et la réutiliser pour arroser le jardin ou la pelouse et nettoyer la voiture. Il faut s’assurer que l’ouverture soit recouverte d’un filtre pour ne pas que les feuilles mortes et autres débris puissent s’accumuler et pour éviter qu’un animal s’y noie ou que les moustiques puissent y pondre : ils adorent l’eau stagnante. Bien sûr, cette eau n’est pas propre à la consommation, mais elle peut irriguer les plantes et comporte de nombreux avantages dont celui de ne pas être traitée chimiquement. On prend de la nature pour retourner à la nature !

contenant recuperation eau
Réalisation Signé Garneau

La déviation des gouttières de toit

Les gouttières se déversent le plus souvent dans l’entrée du garage pour se rendre directement vers le système d’égouts municipal, ou le long du solage de la maison. Il existe des dispositifs extensibles qui permettent de diriger la sortie d’eau de votre gouttière vers vos plates-bandes ou au pied de vos arbres pour que l’eau de votre toit se rende à vos plantes. Ainsi, vous protégez votre maison des possibles infiltrations d’eau, vous allégez la décharge vers le système de traitement des eaux usées de votre municipalité et vous donnez à vos plantes l’eau dont elles ont besoin pour prospérer.

Les jardins pluviaux

Plutôt que de récupérer l’eau de pluie, on parle plutôt ici de limiter le ruissellement. Avec l’imperméabilisation des surfaces et les pluies fortes de plus en plus fréquentes, gérer l’eau de ruissellement devient un enjeu de taille. Le jardin de pluie – composé de graviers, de plantes vivaces, herbacées et ligneuses soigneusement choisies – est normalement sec et sert à absorber des surplus d’eau momentanés. On le place au bout d’une allée, là où se déverse une gouttière ou près d’un patio imperméable pour recueillir temporairement une bonne quantité d’eau qui pourra ensuite être absorbée tranquillement par le sol, sans se déverser dans les égouts ou les cours d’eau avoisinants.

 

Réalisation Ô Naturel
jardins pluviaux
Réalisation Ô Naturel

Le gros bon sens !

Bien que la récupération de l’eau de pluie soit un excellent moyen de limiter sa consommation d’eau potable, il faut aussi utiliser l’eau avec diligence et faire des choix sensés :

  • Utiliser le balai pour nettoyer l’entrée ou les trottoirs de pavé uni.
  • Choisir des végétaux adaptés à son type de sol ou au niveau d’ensoleillement du terrain.
  • Regrouper les végétaux ayant les mêmes besoins en eau.
  • Utiliser du paillis pour maintenir l’humidité du sol à un bon niveau.
  • Arroser au bon moment pour limiter l’évaporation de l’eau : éviter le plein soleil.

Des gestes simples peuvent vous permettre de faire des économies d’eau substantielles et de protéger la planète un petit geste à la fois.  Contactez votre Maître Paysagiste, qui peut vous aider à planifier votre aménagement de manière à utiliser les ressources présentes au maximum.

Abonnez-vous à l'infolettre Maître Paysagiste et soyez à l'affût de nos articles intéressants!